Gerhard J. Gries, Simon Fraser University et Andreas Fischer, Simon Fraser University

Tôt le matin. L’alarme sonne, vous allumez la lumière et c’est la panique: une grosse araignée s’est accrochée au mur de la chambre!

Nombreux sont ceux qui souffrent d’arachnophobie, la peur des araignées. Leurs réactions vont du subtil malaise jusqu’à en venir à fumiger leur maison. Pourtant, il n’y a aucune raison d’avoir peur des araignées. On ne les connaît pas bien, c’est tout. Fort heureusement, l’éducation peut aider les arachnophobes à se défaire de leur peur aussi extrême qu’irrationnelle.

S’éduquer sur les araignées permet de dissiper la peur, d’éviter les préjugés envers les araignées, et d’inculquer un sentiment d’appréciation et d’émerveillement. Car les araignées font partie des espèces les plus fascinantes et riches dans leur diversité sur la planète terre.

Lycosa tarantula, également connue sous le nom de tarentule véritable. Heiko Bellmann, Author provided

Aux racines de l’arachnophobie

On ne connaît pas l’origine de cette peur généralisée des araignées. D’un point de vue de l’évolution, ce phénomène ne semble pas particulièrement logique. Le comportement d’évitement face à une menace ressentie peut évoluer lorsque ladite menace persiste. Mais les araignées ne présentent pas de menace continue envers les humains. Il y a là une énigme pour les chercheurs.

Il n’existe que quelques espèces d’araignées qui pourraient nous faire mal. La plupart en sont physiquement incapables. Soit qu’elles ne puissent pas nous trouer la peau, ou que leur venin n’irrite notre tissu corporel.

Au Canada, les veuves noires sont porteuses de neurotoxines et peuvent percer la peau, mais elles ne sont pas vraiment dangereuses pour un adulte en bonne santé (par contre, il faut placer sous surveillance les enfants et les personnes âgées qui seraient atteints). Les veuves noires ne sont pas agressives. Pour qu’elle vous mordent, il faut pratiquement les écraser. De fait, la non agressivité de la plupart des espèces rend même les espèces venimeuses sans danger.

Les araignées de mauvaise réputation

De fausses informations concernant les araignées dominent le folklore populaire et sont disséminées sur Internet. Par exemple, si les morsures de recluse brune peuvent provoquer une nécrose des tissus, leur cousine canadienne, la tégénaire des champs, est parfaitement inoffensive. Il en est de même pour les « fausses » veuves noires – elles déambulent fréquemment dans nos maisons mais risquent beaucoup moins de nous mordre qu’une abeille de nous piquer.

La Steatoda grossa, également connue sous le nom de « fausse veuve noire » présente peu de risque pour les humains. Les vraies veuves noires ne mordent que si on les dérange. Mike Hrabar, Author provided

Malheureusement, il y a souvent erreur de diagnostic et des morsures attribuées à des araignées sont en fait infligées par d’autres bestioles ou encore par des microbes. Ces erreurs de diagnostic peuvent même se révéler dangereuses si elles débouchent sur un traitement inapproprié. C’est pour cette raison qu’il vaut la peine de capturer le suspect afin que l’on puisse l’identifier correctement et traiter le patient en conséquence.

Bien des gens qui attrapent une araignée de maison l’arrosent de pesticide. Mais il faut savoir que les pesticides laissent des résidus qui ont des effets nocifs sur nous, nos enfants et nos animaux de compagnie. Il est préférable de placer des pièges collants dans des endroits stratégiques (derrière les électroménagers, par exemple) si on veut débarrasser notre domicile des bibittes indésirables.

Le rôle des araignées dans les écosystèmes

Parce qu’elles capturent une infinité d’insectes, les araignées jouent un rôle-clé dans les écosystèmes ainsi que dans les environnements agricole et forestier. C’est notre amie et voisine l’araignée qui contribue à protéger les récoltes contre les insectes herbivores. Lorsque on s’éveille à l’univers des araignées, on se retrouve émerveillé et non dégoûté, fasciné plutôt qu’effrayé. Ces quelques histoires vont illustrer notre propos.

Les mâles de la famille des araignées Pisauridae offrent des cadeaux de mariage à leur promise. Tandis que la femelle déguste sa collation, le mâle tente de s’accoupler avant qu’elle n’ait terminé… et qu’elle le veuille, lui, comme dessert.

Prise de vue au ralenti d’une araignée en plein saut (BBC Earth Unplugged).

L’incroyable aptitude au saut des araignées quand elles se jettent sur leur proie a donné naissance au sobriquet d’araignée sauteuse, et ce n’est qu’une des raisons pour lesquelles elles sont si fascinantes. De par leur couleurs divertissantes, et parce qu’ils sont extrêmement photogéniques, quoique n’étant pas plus gros que l’ongle d’un pouce, les mâles de l’espèce des araignées sauteuses nous offrent à l’occasion une démonstration de danse aux figures remarquables afin d’impressionner les femelles.

Les araignées sauteuses utilisent la pression hydraulique pour raidir leur pattes et se propulser sur une distance pouvant aller jusqu’à six fois la longueur de leur corps. Par comparaison, nous pauvres humains devons nous contenter de sauts de seulement une fois et demi notre taille. Et pour votre information: nous n’avons pas inventé la pression hydraulique, nous nous sommes contentés de copier l’invention des araignées!

La petite Caerostris Darwini détient un record Guinness. Elle tisse de superbes toiles orbitales larges de 25 mètres (!) au-dessus des rivières. Et sa soie est l’un des matériaux les plus résistants que l’on connaisse. Si on en faisait des t-shirts, ce seraient des gilets pare-balles.

Les araignées sont d’une grande diversité, tant dans leur forme que dans leur comportement. Certaines espèces tissent des toiles dont elles ne s’éloignent jamais, alors que d’autres se promènent pour chasser, ou creusent des tunnels dans lesquels elles patientent en attendant que passe une proie.

Elles tissent une grande variété de toiles, chacune ayant un usage propre. D’autres araignées ne se contentent pas d’attendre leur proie, elles les attirent. Les araignées Bola (ou araignées lassos) émettent le phéromone femelle de certaines espèces de papillons. Ce phéromone attire les papillons mâles qui s’envolent vers l’araignée en s’attendant à y trouver une conjointe. Lorsque la femelle araignée entend le papillon s’approcher, elle lance son lasso gluant et capture le papillon dans les airs. Les araignées vampire s’évertuent à chasser les moustiques qui se sont gorgés de sang peu de temps auparavant.

Il se peut que les araignées aient plus peur de nous que nous d’elles: elles ne sont pas agressives, et préfèrent qu’on les laisse tranquilles. Si l’on tient compte de ce que nous pouvons apprendre sur elles et les leçons à en tirer, notre peur des araignées se transformera en fascination.

Gerhard J. Gries, Professor & NSERC-Industrial Research Chair in Multimodal Animal Comminication Ecology, Simon Fraser University et Andreas Fischer, PhD student, Simon Fraser University

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation.